Presidentielle

Publié le par blog-on-en-parle

Bonjour à tous,

 

 

   Lundi 23 avril nous organisions une émission spéciale présidentielle. Analyse et décryptage de ce scrutin en compagnie de journalistes politiques et de sondeurs sur le plateau de Valérie Expert. Pierre Luc Seguillon, Jérôme Sainte-Marie, de BVA-Opinion, Renaud Pila, journaliste politique lci.fr, Roland Cayrol, de l'institut de sondages CSA, et Nicolas Vanbremeersch, blogueur versac.net, ont passé les résultats du 1er tour au peigne fin. Pourquoi la mobilisation des électeurs a t-elle été si forte ? Comment vont se reporter les voix de l'UDF ? Quelles seront les conséquences pour le FN de la perte de près d'un million d'électeurs ? Est-ce la fin des petits partis ? La France s'est-elle « droitisée » ? Pourquoi le vote électronique n'a pas fonctionné ? Autant de questions que vous avez pu poser sur lci.fr, rubrique On En Parle. La rédaction vous a aussi demandé de vous prononcer sur le candidat, ou la candidate, que vous choisirez au 2nd tour, toujours sur lci.fr, et durant toute la semaine. N'hésitez pas à vous exprimer sur le blog ou le forum On En Parle, par mail onenparle@lci.fr, ou encore au 01 41 41 43 00 de 9h à 11h, pour intervenir en direct dans l'émission.

 

A bientôt

On En Parle

Crédit photo : Ibo/Sipa Press

Publié dans blogonenparle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cabocla 26/04/2007 13:37

Pour un printemps au féminin !
 

 
 

Mon soutien à Ségolène Royal n'a pas pour seule justification une supposée solidarité féminine. Je suis une électrice exigeante dans l’exercice de ma citoyenneté. J’ai pris le temps d'analyser les enjeux politiques, de comparer les CV, les parcours, la cohérence politique des candidats(es) et de leurs propositions/programmes. Ségolène Royale m’a convaincue par sa fidélité politique et sa façon innovante de faire de la politique. C’est une femme qui sait écouter et décider. Elle démontre un sang froid à toute épreuve face aux attaques, notamment celles des journalistes… Elle est restée elle-même, cohérente avec sa conception de la politique et sa méthodologie participative est une démarche salutaire pour la démocratie française face à la crise de confiance des Français envers leurs gouvernants.
 

Avec Ségolène Présidente je suis sûre que notre République sera plus démocratique. Gouvernée autrement, la France pourra enfin en finir avec l’héritage monarchique de la République des notables. Son Pacte d’honneur pour la France est le résultat d’une démarche participative, d’un travail d’écoute en direct avec les citoyens et citoyennes. 6 000 débats participatifs ont eu lieu sur tout le territoire, et 135 000 contributions écrites ont été rassemblées. Ségolène a bien compris que l’élargissement des champs de la concertation entre les différents acteurs du développement ne doit pas se limiter à la simple consultation des citoyens. C’est avec eux qu’elle pense gouverner et trouver les réponses concrètes à la crise sociétale à laquelle nous sommes confrontés. C'est ensemble et seulement ensemble que nous pourrons formuler des projets d’inclusion sociale et bâtir un développement intégré, durable et solidaire pour la 6ème République.
 

Entre les beaux discours de Sarkozy et la réalité de sa pratique du pouvoir, il existe un énorme fossé ! Sarkozy a vite intégré les méthodes des ses maîtres (J. Chirac et C. Pasqua). Elles ne sont pas honorables pour la France.
 

Cet homme paraît atteint d’une espèce rare de maladie, la névropathie du système de pouvoir ! Avec lui c’est plutôt la concentration du pouvoir ! Il y a trop d’ambition personnelle dans cet homme. Plusieurs fois il a affirmé avoir changé ! Comment peut-il citer plus de 20 fois Jaurès et, en même temps, incarner la société du chacun pour soi en prônant une « identité » nationale contre l’immigration ? Comment peut-il citer ces grands hommes de gauche, qui ont fait l’honneur de la patrie des droits humains et revenir sur les thèses obscurantistes et déterministes?
 

Il existe beaucoup de violence dans cet homme politique ! Dès son installation au Ministère de l’Intérieur, il a préféré jouer la provocation et souffler sur les braises sans pour autant apporter des solutions aux causes de la violence. La résolution de la fracture sociale, promise par son gouvernement, est restée une simple promesse électorale.
 

Cet homme souhaite tellement être président qu’il y pense même en se rasant ! Devenir président pour lui, pour la France ou pour les Français ?