"On en parle", c'est plusieurs dossiers par émission, plusieurs invités par jour, des thèmes qui nous touchent tous et vos réactions. Témoignages, indignations, questions: prolongez les débats de l'émission sur le blog de Valérie Expert.

 

Damien Givelet
Valérie Expert
Audrey Crespo-Mara et JF Rabilloud
Cédric Ingrand
Pascal Boulanger
Hughes Beaudouin


Blog hébérgé par :


Annuaire des blogs d'Over-Blog – Créer un blog gratuit
Mardi 20 mai 2 20 /05 /Mai 12:51

Une semaine après l’annonce de la mise en place, en janvier prochain, d’éthylotests obligatoires dans les débits de boissons ouverts tardivement, l’alcool est de nouveau dans le collimateur du gouvernement            . En effet, depuis quelques temps déjà, le ministère de la santé cherche une solution au problème de la consommation excessive d’alcool chez les jeunes. Cette fois-ci, la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et la toxicomanie (Mildt) envisage d’interdire les happy hours, ces heures creuses pendant lesquelles certains bars vendent les verres d’alcool moitié moins chers. De surcroît, une interdiction pourrait aussi toucher la vente de bouteilles d’alcool, hors vin et bière, dans les établissements ouverts la nuit. Enfin, les open bars devraient également être touchés.

 

En réalité, ce que l’on reproche, aux happy hours comme aux open bars, c’est d’inciter les jeunes à la consommation d’alcool par des tarifs avantageux. L’Union des métiers et industries de l’hôtellerie (UMIH),  a réagi dès hier, en rappelant que les cafés, discothèques et restaurants ne représentaient que 12% des ventes d’alcool en France. Selon l’organisation, le problème est à chercher du coté des « fêtes privées et dans la rue », puisque c’est la que se consommerait le plus de boissons fortes. De plus, l’UMIH ne veut pas que les cafetiers et restaurateurs soient « des boucs émissaires ». Evidemment, Etienne Apaire, président de la Mildt, refuse de parler d’attaque envers les débits de boisson, et selon qui « rien n’est encore décidé ».

 

Si les happy hours ne sont pas encore mortes et enterrées, les opens bars, eux, n’en ont plus pour longtemps. Les épiceries de nuit n’auront probablement pas plus de chance, et devront se contenter de vendre de la bière et du vin. Le contrôle d’age lors d’une vente d’alcool sera systématique, et les sanctions encourues par ceux qui achètent pour le compte de mineurs seront plus sévères. Vous avez été nombreux à nous appeler ce matin,  et pour beaucoup d’entre vous, si l’on veut boire, on trouve toujours un moyen. Ces mesures vont-elles avoir la moindre efficacité ? Vont-elles léser les bars, discothèques et restaurants pour faire la part belle à la consommation domestique ? Les supermarchés et épiceries ne vont-ils pas prendre la relève ? Le débat continue sur le forum de l’émission.

Par Valérie Expert - Publié dans : blogonenparle
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés