Ingrid Betancourt, enfin libre…

Publié le par Valérie Expert

L'armée colombienne a libéré mercredi dans le sud-est de la Colombie l'otage franco-colombienne Ingrid Betancourt, trois Américains et onze militaires colombiens détenus par la guérilla des Farc, lors d'une opération d'infiltration. Onze militaires colombiens, principalement des officiers, ont également pu retrouver la liberté dans cette opération Florence Aubenas (Grand reporter au Nouvel Observateur Ancien otage en Irak) , et Anne-Colombe de la Taille (Membre du Comité de soutien d’Ingrid Betancourt), étaient les invités de Valérie Expert de 10H à 11H , aujourd’hui. Etaient également présents dans la deuxième partie de l’émission Robert Ménard (Secrétaire général de Reporters sans frontières), et Jacques Thomet (Journaliste,Ancien directeur de l’AFP à Bogota, et Auteur de « Ingrid Betancourt : histoire de coeur ou raison d'Etat ? » - Hugo doc)

 

Comment s’est menée l’opération de libération d’Ingrid Betancourt et des 14 autres otages?

Comment s’est menée l’opération de libération d’Ingrid Betancourt et des 14 autres otages?

 "César", le chef des geôliers rebelles, et un autre guérillero qui se trouvaient dans l'hélicoptère, ont été immédiatement "neutralisés". Le ministre colombien, M.Santos a  révélé mercredi soir qu'un "plan B" de rechange qui consistait à encercler les Farc sans les combattre et à faire venir des organisations humanitaires pour négocier les libérations, était prévu en cas d'échec.

Nous vous attendons sur le forum de l’émission, pour réagir sur les circonstances de cette libération plus que surprenante…

 

 


Un homme de l’armée colombienne s’est infiltré au sein du secrétariat des Farc. Comme les otages séquestrés étaient divisés en trois groupes, l'armée, invoquant, grâce à son agent infiltré parmi les geôliers guérilleros, un faux ordre d'Alfonso Cano, le nouveau chef des Farc, a obtenu que les otages soient regroupés "soi-disant toujours sur ordre de Cano" par leurs gardiens dans un lieu du sud du pays, selon le ministre. Un subterfuge qui permet leur libération par hélicoptère qui appartient en fait… à l’armée colombienne. Ingrid Betancourt, souriante et vêtue d'un treillis militaire, ses longs cheveux noués sur la nuque, est descendue la première de l'avion qui l'amenait à Bogota et s'est jetée dans les bras de sa mère, Yolanda Pulecio, puis dans ceux de son mari, Juan Carlos Lecompte.

Publié dans blogonenparle

Commenter cet article