Comment stopper les violences conjugales ?

Publié le par Valérie Expert

Tous les deux jours, en France, une femme meurt sous les coups de son conjoint.
Selon l'Observatoire National de la Délinquance, le nombre de personnes ayant déclaré au moins un acte de violences physiques depuis deux ans a augmenté de 4,5% en 2008 par rapport à 2007.

Pour aborder ce sujet des violences conjugales, nous recevrons Christophe Soullez, chef de l'observatoire national de la délinquance et Luc Frémiot, procureur de la république à Douai.

La convention des droits de l'enfant fête ses 20 ans. Pascal Vivet, son fondateur, sera en direct pour répondre à vos questions et faire le point sur ce qui a changé ces dernières années.



Plantu viendra nous présenter ses derniers livres parus le 12 novembre :
« Bas les masques ! » Seuil.

« Best of Sarko » Points


crédit : Ibo/Sipa

Commenter cet article

deguisement 25/11/2009 10:31


Notre société reste machiste dans sa façon d'aborder les relations de couple. Certains hommes se considèrent comme les propriétaires du corps et de l'esprit des femmes. La domination masculine est
encore très prégnante, y compris dans les sphères de pouvoir.

La société favorise donc la violence à l'égard des femmes, et cela est valable pour toutes les formes de violences, que ce soit le viol, le harcèlement sexuel au travail ou les mariages forcés.


gillon sandrine 24/11/2009 12:36


bonjour,je témoigne aujourd'hui sur la violence conjugale.J'ai vécu ce problème pendant des années au départ c'était des insultes, viennent ensuite les humiliations puis les coups, ma famille
n'était évidemment pas au courant de ce que je vivais car on culpabilise.Souvent la question que ce posent les gens c'est pourquoi est ce qu'elle reste avec cette personne?tout simplement parce
qu'au départ, malgré tout on l'aime encore et on ce dit qu'il ne recommencera plus, ensuite c'est la peur car il vous menace de vous tuez si vous le quitter,j'ai réagis le jour ou cela a failli ce
produire ce jour là, je suis partis avec mes enfants pour alerter les gendarmes qui sont intervenuent immédiatement ils ont su gérér la situation,une main courante a été déposée ,de ce fait mon
mari à pris conscience du mal qu'il nous faisait, il a pris la décision de se faire soigner on a suivit une thérapie familliale en milieu hospitalier pendant 2 années,mon mari a pu exprimer son mal
etre qui engendrait cette violence envers nous,cela nous a permis de prendre un nouveau départ et depuis plusieurs années nous vivons en harmonie et mes enfants ont su retrouver un équilibre,en
conclusion ,une thérapie famillialle peut etre une solution pour stopper la violence.Jespère laisser un message d'espoir.